mardi 5 juin 2018

A Utrecht en Hollande

Où irons-nous célébrer la Pâques ?  Dimanche 3 juin : Exode 24, 3-8 ; Hébreux 9, 11-15;
Marc 14, 12-26

Une question contemporaine, européenne, culturelle, politique même mais aussi religieuse, spirituelle : Quel ou quels statuts pour les religions en Europe en particulier pour ce qui nous concerne spécifiquement ?
Nous avons à nous interroger pour savoir si c’est bien une question réelle vitale importante pour nous même, les autres ; est-ce un sujet pour lequel nous pouvons comme communauté relieuse apporter notre pierre au débat démocratique, public au sein de nos sociétés.

-          Des choix à faire sous doute à cause de la place de l’Islam parmi nous, à cause du lien entre terrorisme et religion, lien ambigu mais souvent opéré.
-          Peut être ce genre de questions serait un bon moyen de nous réveiller de réveiller nos habitudes, nos évidences, nos manières d’être là au sein de nos sociétés bien établies ; sans ce genre de questionnements les religions et les religieux, s’endorment et meurent, par désertion de nos membres. Il y aurait un intérêt spirituel à activer ce genre de débat, sans faire peur (difficile) sans agiter de nouvelles inquiétudes ou conforter les partis pris radicaux qui s’expriment déjà beaucoup.
-          Peut être d’ailleurs cet assoupissement des religions y compris de l’Islam en général, est-il aussi le fruit d’une grande trop grande intégration de nos pensées religieuses dans nos sociétés : on parle souvent des fondement chrétiens ou judéo chrétiens des Droits de l’Homme par exemple.

Quel statut ? Quelle place ? quels rôles ?

Un rôle reconnu : le diaconal : l’accueil de l’étranger et sa place ; reconnu : les états ont besoin des associations caritatives mais souvent entravées ou contestées ici ou là. Mais les peuples reconnaissent cela globalement. Un autre rôle ou une autre place semble décisif : l’instruction, la formation, pour nous communautés francophones : le développement de la langue française. Donc un rôle ici de type culturel.

Une autre piste serait le développement de nouvelles propositions de formes religieuses et je viens maintenant au texte de l’Ev du jour selon Marc.

·         La place et le rôle de la maison comme lieu de rassemblement :  « où veux-tu que nous allions te préparer le repas de la Pâque » ? étrange question des disciples ; pourquoi pas chez l’un d’eux, pourquoi pas au temple, à la synagogue, bref dans un lieu évident pour nous, à l’Eglise au temple dans la mosquée ? Certes le lieu personnel le lieu familial juif est le lieu de la liturgie par excellence, ; pour nous aujourd’hui : changer de lieu ? inviter ailleurs, dans un lieu inhabituel, certes peu préparé pas commode mais où notre compréhension spirituelle et religieuse est changée et bousculée
·         L’appropriation continu et osé du message et non sa transmission liturgique, doctrinale, ecclésiale. Jésus leur dit : il y a un problème ; nous ne sommes pas ceux et celles qui ont raisons nous sommes aussi porteurs de trahison, de manquements de faiblesses. Etrange situation qui ressemble à une confession du péché radicale
.
·         L’interprétation nécessaire personnelle : il rompit donna et dit : « prenez ceci mon corps » ! Nous ne sommes pas des transmetteurs inertes, ni même des passeurs comme nous aimons parfois nous qualifier, nous ne sommes pas des entonnoirs de slogans de formules et de gestes mais des interprètes avisés et subtils et novateurs ; nous ne sommes pas là pour dire notre sentiment ou nos idées personnelles mais là pour être les témoins de ce qu’une Parole qui vient d’ailleurs vient dire à nous-mêmes aux autres comme à notre monde comme à d’autres croyants ;

·         Une interprétation qui va renouveler et proposer :

-          du nouveau de la nouveauté non comme un affichage ou une publicité mais comme un chemin à découvrir, une invitation à opérer, une invitation à honorer, un geste à partage, une vie à offrir.

Le texte de ce jour s’appelle dans nos Bibles l’institution de la Cène : belle erreur ! précisément rien n’est instituer, tout est désinstitué : Jésus chez Marc ne dit même pas de refaire cela en souvenir de lui. N’en tirons pas de règle éternelle mais mesurons l’inventivité à partir de réalités religieuses connues, non condamnées ou rejetées mais radicalement interprétées de façon nouvelle surprenante, inattendue.

Nous sommes appelés à faire du neuf et du nouveau à partir de nos traditions vénérables c’est sans doute la meilleure façon de leur être fidèles.

Quelle place quel rôle quelle fonction pour les religions dans nos sociétés ? L’Evangile nous invite à une audace qui parlera à l’extérieur de nos murs, qui intéressera nos contemporains car ils se sentiront concernés, interpellés, écoutés et reconnus. 

vendredi 30 mars 2018

Vendredi selon Rembrandt


Dieu notre Père,
Donne-nous de lire la passion de Jésus, comme un engagement à accompagner et soulager la souffrance autour de nous et en nous.

Dieu notre Père,
Aide-nous à ne pas être fasciner, attirer par la souffrance et la mort, ni à nous y habituer ; aide-nous à les parcourir en regardant à Toi comme puissance de Vie.



Dieu notre Père,
Entraîne-nous à la suite de Jésus, à garder en mémoire les paroles anciennes, les chants et les psaumes de ton peuple pour qu’ils orientent et interprètent nos vies.

Loué  sois-tu pour ta présence, hier, aujourd’hui et demain.     Amen !